VIAUX Henri

Né à Paris le 23 février 1914, notre ancien Président Henri VIAUX est décédé le 9 Mai 2006 à Paris dans sa 93ème année.
 

 


Docteur en droit, diplômé de Sciences Po, directeur honoraire de la Banque de France, Officier de la Légion d’Honneur, de l’ Ordre national du Mérite, du Mérite agricole, Croix de Guerre 39-45, Henri VIAUX avait connu le scoutisme unioniste dés l’âge de 12/13 ans, il était notamment à l’origine du célèbre clan naturaliste (EDF-EUF). Toujours alerte, il quittait souvent Paris pour se rendre à sa résidence de Veyrier du Lac (Haute Savoie) où ses obsèques ont été célèbrées.

Henri voyagea beaucoup sur tous les continents. En particulier il affectionnait les déserts (Afrique, Sahara, Arabie), et les volcans, tout en faisant la part belle aux voyages culturels, comme encore tout récemment en Sibérie. C’est dans des rencontres dues au scoutisme qu’il a connu son épouse dont il eut quatre enfants, tous scouts unionistes, comme aussi quelques uns de ses nombreux petits enfants ! Henri avait été un des fondateurs en 1947 du Comité national des Sentiers de grande randonnée auxquels il consacra beaucoup de son temps, qui devinrent en 1977 la Fédération française de la Randonnée pédestre dont il a été le Président : certainement un moyen de prolonger son scoutisme ! Il fut l’auteur en 1961 du livre «Aux sources du scoutisme français» (Editions du Scorpion).

VIAUX fut appelé par le Comité Directeur des E.N.F. pour succéder au Président BERTIER à la mort de ce dernier. Ce choix se révèla excellent, car il réalisa à son tour une présidence active et efficace, à l’instar de son grand prédécesseur. Il convient d’en rappeler les lignes principales.

Constatant que la situation de l’association reposait entiérement sur le dévouement inlassable du fondateur, le Commissaire Général Marcel LEPAGE («Aigle tenace»), VIAUX fut le promoteur en novembre 63 du Congrés E.N.F. de Lyon où il lança lui-même la nécessaire décentralisation en régions, tout en dotant la tête de l’association d’outils qui faisaient totalement défaut. Le fonctionnement de la plupart des groupes reposait en effet sur la compétence des chefs de groupe locaux âgés que BERTIER avait su exhumer de leurs retraites pour rechausser la culotte courte, la plupart d’origine EDF, excellemment formés sur le terrain et à l’école de CAPPY. Avant le Congrés, VIAUX avait déjà mis en place la «Commission Education» qu’il orientait, et c’est ainsi que les E.N.F. créés en 1947 commencérent enfin, après 1960, à se doter des moyens nationaux essentiels tels que les camps-école nationaux de formation des chefs, les CEP 2ème degré, dits CNC, à l’ancienne base nationale ENF de TRELLIERES (Loire Atlantique), tels les C.E.P. régionaux 1er degré, de branches, telles les diverses éditions de brochures de base (1), et bien sûr la parution régulière des revues «Feu de Camp» pour tous, et «L’Angon», pour les chefs. Entretemps la «Commission Education» avait tourné en «Equipe Nationale». Ces efforts furent payants car vers 1970 l’effectif global de l’association atteignait un sommet, il y avait même trois groupes à Bruxelles.

Adieu et merci, cher «Fouine Astucieuse», dont le soutien ne me manqua jamais pour animer la future équipe nationale et en tirer des résultats. Merci d’avoir guidé nos premiers pas «nationaux» immatures au niveau qui convient à ces hautes fonctions où le sens permanent du concret, inséparable du vrai scoutisme et de l’espprit de B.P., est constamment mis en péril par l’invasion moderne de la dialectique. Merci aussi pour ta fidélité en amitié, qui n’a jamais cessé depuis cette époque d’espérance, et de progrés, malgré le temps et la distance.

 


«Chouette Spirituelle»
animateur de la Commission Education, ancien CGAE.

 


(1) Henri VIAUX fut personnellement l’auteur de la première et principale de ces brochures «Les Eclaireurs Neutres de France», dite «brochure bleue», et il pilota les autres éditions de la Commission Education, berceau de l’Equipe Nationale et des instructeurs de nos camps école. Ces autres productions furent celle sur «la Spiritualité chez les E.N.F.», la brochure sur «la branche Route chez les ENF», le Carnet d’épreuves Eclaireurs avec le Cérémonial, sans oublier un tout petit chansonnier, et le carnet d’épreuves de la section féminine.